Article dans Traduire « Les anglicismes dans les sports de glisse »

Article dans Traduire « Les anglicismes dans les sports de glisse »

Le traducteur doit-il tout traduire ? Peut-il s’autoriser des anglicismes, ou est-ce le signe d’une incapacité à trouver le mot juste en français ? Quels sont les risques de confusion s’il utilise boardshorts et shortboards dans la même phrase ? Que faire quand on traduit dans un domaine qui regorge d’anglicismes, comme le ski freestyle ou le surf ? Je propose quelques réponses et des pistes concrètes pour faire des choix face à différents types d’anglicismes, dans le numéro 234 de la revue Traduire. Vous pouvez vous le procurer sur le site de la SFT ou patienter jusqu’en juin 2018 pour lire en intégralité mon article « Les anglicismes dans les sports de glisse » – ainsi que les autres textes de ce cahier spécial sport – sur le site revues.org. (Et pour les moins patients, je réponds déjà à la troisième question : le niveau de risque peut corresondre au pavillon vert, ou orange, ou rouge… tout dépend du lecteur...
Les traducteurs au salon Classe export

Les traducteurs au salon Classe export

Les délégations Auvergne et Rhône-Alpes de la SFT, le syndicat national des traducteurs professionnels, ont représenté les métiers de la traduction au salon Classe export, à Lyon, les 26 et 27 novembre derniers. Il s’agissait d’une mission de conseil et d’information : montrer le fonctionnement de l’annuaire en ligne pour trouver le professionnel le plus adapté à la mission, présenter le Code de déontologie régissant l’activité de tous les adhérents, expliquer la différence entre traducteur et interprète, souligner quelques bonnes pratiques à suivre pour que la qualité soit au rendez-vous. Les visiteurs, PME exportatrices pour la plupart, se sont montrés très intéressés par notre stand, indiquant une forte demande pour des traductions spécialisées dont la gestion soit prise en charge par le prestataire. Ce projet au service de la visibilité du métier a été préparé de longue haleine par une équipe de bénévoles qui ont mis à profit leurs diverses...
Escalade, la spécialisation sur le terrain

Escalade, la spécialisation sur le terrain

  Profitant d’une belle journée de novembre, j’ai pris la route de la Roche Percée, juste au-dessus de Clermont-Ferrand, avec mon club d’escalade. La falaise n’est ni très haute ni très large, mais sa situation près de la ville et à 5 minutes de marche du parking la rend incontournable pour les grimpeurs clermontois. Autre avantage que les débutants ne bouderont pas, le basalte offre une infinité de prises et une adhérence qui donne des ailes aux plus hésitants. Par contre la roche noire exposée au sud chauffe beaucoup l’après-midi, impossible d’y poser les doigts et nous avons dû changer de secteur en fin de journée – oui, même en novembre ! Du soleil, des amis, du sport : une coupure idéale dans le travail de traduction, tout en approfondissant une spécialisation sportive...
Formation On traduit à Chantilly : pour des traductions légères, légères !

Formation On traduit à Chantilly : pour des traductions légères, légères !

Des traductions riches et légères à la fois, des traductions qui ont du chien et du mordant, des traductions chantantes et percutantes… Cet idéal, que je vise pour chaque projet qui m’est confié, est certes difficile à atteindre mais  il justifie le recours à un traducteur professionnel et donne d’ailleurs tout son sel à mon métier. La Société française des traducteurs se proposait justement de m’aider à l’atteindre en organisant la première session européenne d’une formation très courue : On traduit à Chantilly. Au programme de ces trois jours, duels de traduction, exercices de yoga syntaxique, consultations terminologiques, chasse aux anglicismes… Une formation indispensable pour améliorer son style, dans une ambiance aussi studieuse que chaleureuse : à recommander absolument...

Rendez-vous au salon Sport achat !

Je serai présente au Salon sport achat hiver le 9 mars prochain à Eurexpo, dans la banlieue de Lyon. En plus de rencontrer des clients, je compte en profiter pour enrichir mon fonds documentaires de nouveaux catalogues et brochures techniques, bien utiles pour s’imprégner de la culture et du mode de communication du client. Bien sûr, ce sera aussi l’occasion de découvrir de près les nouveautés que je rencontrerai bientôt dans mes traductions : textiles en céramique, doudounes ultra-fines en duvet d’oie, masques à monture invisible, chaussures de ski à exosquelette amovible… Les innovations ne manquent pas. À bientôt...